Bienveillance avec les autres

Une expérience de pleine présence, d’écoute, de partage, et d’entraide

on

Voilà un « court » article pour vous partager notre histoire qui s’est passé hier soir… Je l’appellerais « Une expérience de pleine présence, d’écoute, de partage, et d’entraide », pour ceux et celles qui le liront, même si le début est « intense », tout se termine bien 😊

Nous étions tranquillement en famille à l’évènement de Vegan Society Luxembourg pour passer un bon moment de Noël, de partage avec plein de belles âmes, nous avions bien mangé, bien échangé, bien dessiné avec les enfants… Une soirée sympathique dans une ambiance chaleureuse et calme, presque prêt à partir à 22h30 quand mon fils se met à courir autour de la table et des chaises, glisse et tombe… Je le relève comme à l’accoutumée et là quelque chose ne va pas. Il y a du sang sur ses cheveux, il se met la main instinctivement à la tête et découvre sa main ensanglantée…

Et là tout s’enchaîne, mon fils se met à paniquer, à crier et moi à le prendre instinctivement dans les bras pour essayer de faire quelque chose… Et là c’est comme dans un film, le décor, les personnes tout disparait et on ne voit plus rien, je suis seul avec mon fils à essayer de le calmer, et on se retrouve tous les 2 ensanglantés… Je pense que j’appuie naturellement sur l’endroit de la blessure, un reste de souvenir de premiers soins, on me passe une serviette et j’essaie de calmer mon fils qui est en panique. Juste le temps de demander à ce qu’on s’occupe de ma fille qui semble aussi paniquée et attristée que mon fils (empathie quand tu nous tiens !!)

Je n’entends que lui, que sa voix, que ses appels aux secours, sa peur et j’ai l’impression de passer de longues minutes à dire que je suis là, qu’on va trouver la solution, qu’il me dise où il a mal et que cela va aller… Je suis à genou parterre à son niveau et pendant ce temps, on sort trousse de premier soin, on met une compresse et on met une bande de la tête… Mon fils au fur et à mesure, se recentre et s’aperçoit qu’une fois le côté sang passé, sa douleur n’est pas si importante et finit par reprendre doucement son calme… On nous conseille d’aller aux urgences pour voir la plaie… Et là la peur reprend le dessus sur mon fils, je ne veux pas aller à l’hôpital, pas voir de docteur etc… C’est sûr qu’on ne sait pas ce qu’on va trouver là-bas… Et on rediscute pour écouter sa peur, on ne va pas lui faire du mal, on va regarder et voir ce qui se passe, ce sont des gentils docteurs, qu’il ne sera jamais seul etc. etc… Mon fils s’est re-calmé, une amie est passé le réconforter en lui disant que les grands garçons sont forts et qu’ils ne pleurent pas, et moi de gentiment (enfin j’espère) de la contredire, en disant que s’il a peur, s’il a mal, il peut au contraire pleurer, l’exprimer…

10 minutes de voiture où j’ai constamment parlé à mon fils, demandant comment il va, je voulais éviter de possiblement qu’il perde connaissance ou de se sentir seul dans cette aventure… Nous avons été bien accueillis même si vous avez intérêt à connaitre vos numéros de SS par cœur car il y a une partie « administrative » à toute admission, m’entendre dire qu’il faillait les mettre sur la maman car je n’étais plus couvert… Nous avons vu docteur et internes qui ont tous et toutes été très humains, agréables, rassurants… Mon fils a juste eu un peu peur quand nous sommes allés dans la salle d’urgence qui il est vrai est plutôt effrayante, vue la quantité de moniteurs, matériels, outils, ustensiles divers… Heureusement une fois installé sur le siège on ne voit plus tout cela…

Une chance, la plaie est nette, bien entaillé sur 2cm et les médecins nous proposent de « réparer » mon fils à la colle, avec une analogie avec les jouets… Un bon point de colle, un pansement et 15 minutes nous voilà repartis … Une surveillance particulière dans la nuit et les jours qui viennent mais tout va bien… On a tous bien dormi.

Oufffff… Que dire de cette expérience ? Qu’humainement on a à faire face à l’inconnu et parfois cela bascule de façon rapide et difficile… A ce moment là, même si nous étions bien entourés, nous avons tous à faire avec ce que nous sommes, peur, panique, doutes, pensées parasites… Tout y passe et pourtant on ne nous apprend pas cela à l’école… Mes « connaissances de premiers soins » m’ont fait douter/hésiter entre la marche à suivre : ne pas déplacer un blessé s’il a quelque chose de cassé et l’envie de rapidement l’emmener trouver un docteur…

J’ai consciemment éloigné toutes les pensées « catastrophiques » liés au sang, aux blessures possibles et je me suis concentré sur mon fils… Le reste tout s’est fait intuitivement, la pleine présence, l’écoute, vouloir la guérison de mon fils et ne pas plaquer mes peurs, mes doutes, mon expérience sur la sienne pour la rendre plus difficile, inquiétante…

J’ai une pensée pour toutes les personnes qui ont assisté à cette scène vue de l’extérieur en me disant comment ils avaient vécu cette expérience, en espérant ne pas les avoir trop dérangés par rapport à cette belle soirée, je remercie toutes les personnes qui ont apporté leurs secours d’une façon ou d’une autre et qu’évidemment je n’ai pas « vu et reconnu » dans l’instant. Je remercie la Vie de cette blessure légère qui s’est solutionnée avec un petit tube de colle, des personnes aidantes à toutes les étapes et je me dis que c’est cela le message de la Vie : dépasser les épreuves, grandir ensemble en partageant de belles valeurs

 

A propos de Stephane V

Auteur, conférencier, formateur, consultant sur comment réintroduire de la bienveillance avec soi, avec les autres dans les structures pour vivre dans un monde meilleur.

Recommended for you

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *