Bienveillance Avec les enfants

Séparation : les vertus d’un relationnel bienveillant

By

on

Je me présente, je m’appelle Hélène et c’est bien volontiers que j’apporte mon témoignage sur l’intérêt d’instaurer de la Bienveillance dans une relation avec le père ou la mère des enfants, dont on se sépare.

Un premier message me tient a cœur avant de zoomer sur l’idée d’une séparation bienveillante.
Selon moi, une posture bienveillante se décline avec tous, partout, à tout moment.
Ce mot que j’affectionne particulièrement résonne dans ma vie de tous les jours, auprès de mes enfants, de mes collègues de travail, de mes proches, de mes voisins que je ne connais pas encore…

divorce-908743_1920Il se trouve que je me suis séparée du père de mes enfants en mai dernier.
Une situation de rupture réfléchie, murie, décidée, puis assumée à deux.
Et rétrospectivement, je me dis que si on injecte de la bienveillance très en amont, on crée des conditions favorables à un relationnel de qualité.
Cet état d’esprit ou posture correspond à une façon d’aborder l’autre en faisant preuve d’écoute et de respect. Deux mots simples souvent banalisés dans les discours mais qui pèsent lourd dans une situation de crise. Bref, deux composantes essentielles. Un zeste d’empathie aussi.
Le père de mes enfants comme moi sommes plutôt naturellement à l’écoute mais dans une situation dégradée, rien n’est joué d’avance et l’effort est plus exigeant. Il faut être en mesure de se mobiliser pour mettre en œuvre réellement ces qualités d’écoute et de respect. L’un avance plus vite dans sa tête, l’autre doute encore, il faut continuer d’assurer le quotidien et son lot de contraintes, ce sont là des moments inconfortables parce qu’on n’est pas nécessairement en phase. Et c’est précisément là que le climat ou l’intention de bienveillance joue tout son rôle car elle facilite, elle apporte un peu de clémence dans le relationnel. Cette bienveillance nous dit  » ok, vous traversez une période difficile mais vous la vivez ensemble avec une intention partagée de l’intérêt premier des enfants, une intention partagée aussi de poursuivre chacun sa route pour mieux vous épanouir selon vos aspirations qui ne sont plus les mêmes, une intention partagée de se séparer, pour mieux continuer ensemble.
C’est mon message essentiel alors je le martèle : oser affirmer que l’on se sépare pour mieux continuer ensemble d’assumer notre responsabilité partagée de parents.
Au risque de heurter, je vais jusqu’à affirmer que notre séparation est un acte de prévention, pour chacun, y compris et surtout même pour nos enfants.
Parce que notre bien-être conditionne celui de nos enfants.
Pour autant nous ne nous trouvons pas dans le déni d’une situation qui demeure une rupture. La lucidité n’empêche pas une attitude bienveillante.

ruptureAu regard de ce vécu récent que nous vivons encore pleinement, je me permets de livrer quelques recommandations testées et approuvées (!) dans un esprit de bienveillance là aussi partagée :
j’écoute ce que dit mon coeur : le point sur mes sentiments via-à-vis de mon conjoint
j’écoute ce que dit le coeur de mon conjoint : je l’entends me dire où il en est vis-à-vis de moi, j accuse réception, je prends même si c’est douloureux, et je travaille l’acceptation de ce qu’il me dit
nous échangeons dans un respect mutuel
nous échangeons pour avancer ensemble
nous échangeons pour construire ensemble autre chose
nous osons exprimer ce que la séparation générera de bon pour nous, chacun et puis avec nos enfants.

Ce que l’on gagne !
– du confort
– de la clarté
– de la lisibilité parce qu’on construit ensemble et parce qu’on se projette
– de l’aisance dans l’annonce conjointe de notre séparation aux enfants
– des petits bonheurs à inventer de nouvelles composantes de vie
– un terreau précieux pour cheminer au plus près de qui on veut être, après un événement fort comme celui-ci.
J’ajouterais que, à la marge, le regard des autres sur nous est intéressant aussi.
Quelques collègues proches auxquels j’ai annoncé ce fait personnel, ont été littéralement stupéfaits « on n’a rien vu, tu n’a rien montré, mais on te trouve bien mieux, tu prends ta vie en main, on t’admire…. ». Bref, on dégage des ondes positives !

C’est hors sujet, quoi que…, mais c’est sur mon chemin dans le cadre de cette séparation, alors j’ai plaisir à l’évoquer en guise de conclusion : il s’agit de l’ambition (au sens noble, premier, le désir) de devenir qui je suis vraiment.
Finalement, faire d’une crise une opportunité pour évoluer soi-même en profondeur, se rapprocher de ce que notre for intérieur nous souffle doucement.

Mon témoignage n’est pas triste, il est lucide et résolument positif.
Nos enfants vivent visiblement bien ce changement, nous y veillons.
Le père de mes enfants s’épanouit dans différents loisirs, et moi à travers d’autres aspirations que je m’efforce de développer, la lecture de livres, le bénévolat ,…

Enfin, je profite de cette tribune pour saluer la bienveillante personne qui anime ce cher bienveilletoi.fr.

A propos de Helene

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.